Et si on parlait du chômage. Oui, oui je sais. Vous vous dites aujourd’hui c’est la fête du travail et ça veut nous parler du chômage.  😃   Bah pourquoi pas!

Déjà à cause de ceci :👇🏾

 Courbe du chômage

👉🏾   Courbe du chômage au Bénin de 2007 à 2011

Éh oui vous êtes étonnés ! Bah, voilà! Il faut savoir que le chômage au Bénin touche essentiellement les jeunes qui représentent 60% de la population.

Alors on se demande, avec un taux de chômage aussi faible, pourquoi 63,5% de la population vivent dans la précarité? 🤔 Voilà la question qu’il faut se poser.

Au fait, le taux de chômage n’explique pas tout. Derrière le chômage, il y a le sous-emploi. Beaucoup se demande déjà c’est quoi la différence entre chômage et sous-emploi? OK ! Je me lance.

Par définition le chômage est la situation d’une personne qui est apte à travailler mais qui se retrouve sans emploi (Bon là; personnellement les paresseux qui ne veulent absolument rien faire de leur temps moi je ne les compte pas chômeur😩 ). Par contre le sous-emploi est le phénomène par lequel le nombre d’emplois offert n’est pas du tout suffisant pour couvrir la main d’œuvre disponible.

Si je comprends bien le chômage est lié à la personne chômeur tandis que le sous-emploi fait référence à la disponibilité des emplois sur le marché du travail.🤔 Bon bref… Ce qui est sûr les deux sont étroitement liés.

Plus de 53% de la population active est en situation de sous-emploi au Bénin. Cette situation affecte particulièrement les jeunes de 15 à 35 ans avec un taux de sous-emploi de 50% en 2011 et d’environ 70% en 2013.

Bon voilà la situation au Bénin. L’avantage du chômage est que quand on galère on devient imaginatif (sérieux hein, le cerveau fonctionne mille à l’heure pour trouver les sous 😥 ). Et c’est là que ça devient intéressant. Ce qui est magique dans ce pays (comme dans d’autres pays africains), c’est que des jeunes face au chômage et au sous emploi deviennent créatifs et se battent pour s’en sortir. Et bien souvent, ces jeunes on n’en parle peu, et ils ne figurent pas toujours dans les statistiques. De part leur activité, ils entretiennent aussi la vie économique du pays mais, on ne le remarque pas.

Dessin1

Au fil des années, cette situation crée de plus en plus une reconversion des jeunes diplômés en zémidjan, pousse-poussier, vendeur d’essence kpayo, vendeur dans les feux tricolores, gérante de cabine téléphonique, mini-commerçante, vendeuse, gérant de buvette, etc.

Ici, il ne faut surtout pas être surpris de voir un zémidjan s’exprimer dans un français impeccable et tenir un raisonnement digne d’un universitaire.😌☝🏾

Dessin 2

Donc, aujourd’hui, 1er mai, fête du travail, je tiens à remercier tous et toutes ces jeunes qui ont fait le choix de la débrouillardise que celui de l’oisiveté. Un gros big up aux jeunes qui sont dans l’ombre et qui se battent et bonne fête du travail à tous et à toutes.😃

NB : Taux de chômage : femmes=2,8% – hommes=2,4% – milieu urbain=4,3% – milieu rural =1,4%

Texte : Schola Amoussou
Illustration : Sènami.D

Sources :
PNUD : http://www.bj.undp.org/content/benin/fr/home/countryinfo.html
INSAE : http://www.insae-bj.org/emploi-chomage.html
LAROUSSE : http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/sousemploi/73813?q=Sous-emploi#72986

 

 

Partagez seulement!Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on Pinterest

5 Comments on 1er Mai, parlons-en en langage chômage

  1. Nous pouvons vaincre le chômage en réfléchissant à tout ce qu’on peut faire sans compter sur l’État. Le plus important c’est d’avoir une idée, un projet en tête et trouver le moyen de le mettre en oeuvre. Le reste Dieu s’en charge. Si d’autres on réussi sans l’aide de l’État alors nous aussi pouvons. Soyons pisitifs et gardons courage.

  2. Tcha!!! Le taux de chômage est si faible dans mon pays ?? C’est pas croyable.

    Mais je crois que ceux qui sont sous employé sont également considérés comme chômeurs. En économie 2nde, le professeur nous parlait de chômage déguisé dans ce cas.

    Il y a aussi le chômage structurel, le chômage technique, le chômage conjoncturel et autres.

    Merci beaucoup pour cet article.

  3. Ah oui bien réfléchi, ma chère, hum j’etait choqué de remarquer l’aspect désertique que presente la ville de cotonou malgré cette situation de chômage que vivent sa population… façon beninoi aime les jours fériés là hein ????

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *